FANATENANE, un Espoir pour les jumeaux de Mananjary
FANATENANE 38, rue de Poitiers - 86280 SAINT-BENOIT
  Tel : 05 49 44 93 80     06 84 92 93 22
  as.fanatenane@laposte.net  -  Site : http://fanatenane.assos.free.fr  
Association reconnue à caractère d'assistance et de bienfaisance

FANATENANE à MANANJARY

   FANATENANE à 
Mananjary (Madagascar)
le Centre Social et Médical Marie-Christelle
à Mananjary (Madagascar)


   FANATENANE à 
Mananjary (Madagascar)

Le but de l’association n’est pas de recueillir des enfants, mais bien de lutter contre l’abandon et de favoriser leur maintien dans la famille d’origine.
Quand ce n'est pas possible, le Centre Social et Médical (CSM) Marie-Christelle accueille des enfants de la région de Mananjary, que ce soit des jumeaux rejetés par coutume ou des enfants en détresse du fait du décès des parents ou d’une situation à risques.



ACCUEIL des ENFANTS dans le CENTRE « Marie-Christelle »

FANATENANE assure à chaque enfant hébergé, la nourriture, les soins médicaux et psychologiques, l’habillement, l’éveil pour les petits, des sorties éducatives, l’acquisition des savoirs de base ainsi qu’une formation professionnelle pour les plus grands.

Les enfants forment trois groupes : les bébés, les petits (de 2 à 5 ans) et les grands. Chaque tranche d’âge a ses propres activités et les plus grands font preuve d’une réelle entraide au sein de la maison familiale.

Parallèlement, FANATENANE cherche à favoriser le contact avec la famille d’origine et à veiller à la réinsertion des enfants, dès que possible, au sein de leur famille.
De même, pour les familles soucieuses de garder leur enfant, l’association s’efforce de les conseiller et, bien sûr, de les aider matériellement.

L’association est reconnue sur le territoire malgache grâce à un accord de siège signé avec le gouvernement de la République Malgache le 22 octobre 1997 et qui vient d'être renouvelé pour deux ans.
L’ association est agréée par : Parallèlement, lors d'une mission d'évaluation en mai 1999, le Président-fondateur nomma un bureau de représentation « bénévoles » à Mananjary, qui aujourd’hui est composé des représentants ci-après :


Les campagnes d’information-prévention :

sensibilisation dans un village
La coutume d'abandon des jumeaux est combattue par le biais de discussions et d’échanges avec la population lors de campagnes de sensibilisation. Celles-ci ont lieu en brousse parfois avec le concours de sages-femmes et d’agents communautaires.
Néanmoins, le sujet des tabous (ou fady) reste souvent difficile à aborder.


LE MAINTIEN DES JUMEAUX DANS LEUR FAMILLE :


Des jumeaux: Romain et Romaine

L’association apporte prioritairement un soutien matériel aux familles qui gardent leurs jumeaux malgré la pression sociale. Ainsi, elle encourage les parents à garder leurs enfants.
    un exemple (ci-dessous) : Une aide financière est donnée au père des jumelles qui souhaitait les confier à Fanatenane, afin qu’il achète un pousse-pousse d’occasion, la location d’un pousse-pousse ne lui permettant pas de faire vivre et de soigner ses enfants.
Par contre, ses jumelles reçoivent les soins dispensés par le Centre.

remise d'une aide financière
Un père soutenu par l’association raconte : « Lorsque nous avons eu les jumelles, il y a eu un problème avec la famille : les frères et sœurs ne voulaient pas que l’on garde les enfants. Mon père est roi coutumier atambaohaka. La mère de ma femme a dit qu’il fallait garder les enfants. Elle les a gardées pendant quatre mois car c’est Dieu qui l’a voulu si on a eu un doublé. Lorsqu’il y a eu l’incendie (qui a ravagé tout un quartier en octobre 2002), nous sommes allés dans la famille de ma femme et lorsque nous sommes revenus chez nous, nous sommes rentrés avec nos filles. Sur leur acte de naissance il n’y a pas mon nom car nous ne devions pas les garder. Maintenant, il n’y a plus de problème car j’ai supplié que je voulais garder les enfants. Même avec les voisins, il n’y a plus de problème. Cela se passe bien avec les enfants, ils se rendent compte qu’il n’y a pas de malheur et qu’il faut garder les enfants. Mon souci, c’est quand il y a des fêtes dans la maison des rois coutumiers, les jumelles n’ont pas le droit d’y participer et je ne sais pas comment elles réagiront quand elles se rendront compte ».


LE PERSONNEL :

Toki
Mike:
Directeur du C.S.M.

le personnel de la maison d'accueil

Toki
Toki:
Comptable



Le Centre Social et Médical « Marie-Christelle » de Mananjary emploie une quarantaine de salariés :